Ils en parlent !

Trop de sel est vraiment mauvais pour la santé !

Les directives diététiques changent souvent, mais « limiter votre consommation de sel » est toujours présent, résistant aux avancées de la science, et jamais remise en question. L’académie nationale de médecine (USA) recommande de limiter ses apports en sel à 2.3 grammes par jour, cette recommandation tombe à 1.5 gramme de sel par jour lorsque l’on rencontre un risque de maladie cardio-vasculaire.

Un apport élevé en sodium est très souvent associé à une augmentation de la pression artérielle, un facteur décisif dans le développement de maladies cardiaques et des AVC. Deux conditions qui sont à l’origine d’une mort prématurée sur six à New York.

Des scientifiques japonais de l’université de médecine de Shiga ont montré les résultats de 30 ans de recherches menées à la demande du Ministère de la santé japonais. Selon cette étude, les personnes ayant une alimentation riche en sel, pauvre en légumes, en fruits et en poissons voient leurs risques de décès prématuré lié à un AVC ou à une maladie cardio-vasculaire multipliés par 3.

Au cours de l’étude, les habitudes alimentaires de 9115 Japonais ont étés recueillies et analysées. L’échantillon d’individus était composé d’hommes et de femmes âgés de 30 à 79 ans. Les scientifiques ont noté la quantité de nourriture consommée, le volume et le contenu des portions, ainsi que la situation de santé définie dans les dossiers médicaux. Ces données ont été comparées aux recommandations établies par le ministère de la Santé soit : 80 g de poisson, 200 g de fruits, 350 g de légumes et jusqu’à 7 g de sel pour les femmes et jusqu’à 8 g pour les hommes, sur la base d’un apport quotidien. (On notera l’écart entre la recommandation de l’OMS à 5 grammes par jour et celle des Japonais à 8).

Durant l’étude, 1 070 personnes sont décédées à la suite d’un accident vasculaire cérébral ou d’autres problèmes liés au système cardio-vasculaire. Si les niveaux de sels consommés étaient normaux, mais les portions de fruits, légumes et poissons étaient insuffisants, le risque de décès prématuré était multiplié par 2.5. Lorsque le niveau de sel était supérieur aux recommandations, ce risque augmente à 2.87.

Alors, comment réduire sa consommation ?

Nous savons déjà que les viandes rouges transformées et les plats préparés ont des quantités de sel trop importantes, mais il faut aussi être conscient des sources moins évidentes, comme le pain industriel. Si vous mangez des tartines au petit déjeuner, un sandwich au déjeuner et un petit pain au dîner, tout ce sel s’accumulera.

Cuisinez donc davantage ! Les restaurants, et les Fast Foods en particulier, ajoutent beaucoup de sel et d’exhausteurs de goût à base de sodium dans les plats. Quand vous faites la cuisine, vous contrôlez le dosage de sel. En plus des herbes, utilisez des épices pour ajouter de la saveur. Essayez différents piments comme les piments Ancho ou Poblano, les piments chipotle ou des poivrons. L’utilisation d’ail et d’oignons ajoute douceur et profondeur. Méfiez-vous des mélanges d’épices avec du sel caché, comme l’assaisonnement pour tacos, ou ceux pour guacamole qui peuvent aussi cacher du dioxyde de titane, recherchez les mélanges sans sel ou à faible teneur en sel.

De nombreuses applications smartphone permettent aussi de suivre sa consommation de calorie et de sel.  

Même si le sel ajouté par une salière n’est qu’une petite partie du sel consommé, prenez l’habitude de goûter les aliments dans votre assiette avant de vous en servir, que vous soyez à la maison ou au restaurant. Ajoutez de la saveur avec du poivre noir, du jus de citron frais ou un soupçon d’un mélange d’épices.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *