Vitamines

L’impact de la nutrition dans le traitement du syndrome de fatigue chronique

Voici une petite traduction d’une étude scientifique publiée chez Alternative Medical Review pour ceux qui s’intéressent à ce sujet mais qui ne comprennent pas l’anglais.

Malgré des efforts considérables à l’échelle mondiale, aucune cause unique n’a été identifiée pour expliquer le développement du syndrome de fatigue chronique. Il est probable que de multiples facteurs favorisent son développement. Et parfois il est régulièrement constaté que le même facteur qui se révèle être le symptôme, se révèle être aussi la cause d’un même syndrome.

Une revue détaillée des dernières études scientifiques suggère qu’il peut être pertinent de se tourner vers l’observation des carences nutritionnelles dans la recherche des causes de la fatigue chronique. Il s’agit dans notre cas, de carences en vitamines B, vitamine C, magnésium, sodium, zinc, L-tryptophane, L-carnitine, coenzyme Q10 et acides gras essentiels. N’importe lequel de ces nutriments pourrait présenter une carence marginale* chez les patients atteints du syndrome de fatigue chronique, un constat qui semble être principalement attribuable au processus pathologique plutôt qu’à un régime alimentaire inadéquat. En plus de non seulement contribuer aux manifestations cliniques du syndrome, il est probable que les carences marginales* nuisent également aux processus de guérison.

Par conséquent, et dans la mesure du possible, des tests objectifs devraient permettre d’identifier ces carences et de les solutionner grâce à des tests répétés après le début du traitement. De plus, en raison de la rareté des effets indésirables graves, de la difficulté d’écarter les carences marginales et du fait que certains des bienfaits thérapeutiques des compléments alimentaires sont dus à des effets pharmacologiques, il semble rationnel d’envisager de fournir aux patients atteints du syndrome de fatigue chronique, les nutriments susmentionnés, ainsi qu’un supplément général de vitamines et minéraux très puissants, au moins pendant une période d’essai.

*Carence marginale : La carence marginale se caractérise par un état de limitation et de manque d’efficacité du corps, cependant aucune menace n’est posée concernant sa viabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *