Art de vivre

Limiter les calories peut être bon pour la santé, quand bien même vous ne chercheriez pas à maigrir !

D’habitude, les régimes visant une restriction calorique sont associés à la perte de poids. Mais de plus en plus de recherches suggèrent qu’un tel régime peut apporter d’autres bienfaits pour la santé, y compris pour ceux qui n’essaient pas de perdre du poids !

Une étude, publiée dans Lancet Diabetes & Endocrinology, montre qu’une réduction de seulement 300 calories par jour, tout en maintenant une alimentation saine, peut améliorer considérablement le taux de cholestérol, la tension artérielle et la glycémie. Ce qui aide à réduire le risque de développer des maladies chroniques comme le diabète et les maladies cardiaques.

Les chercheurs ont demandé à 218 adultes en bonne santé, âgés de 21 à 50 ans, de subir une série de tests médicaux. Au début de l’étude, la plupart des personnes suivies mangeaient environ 2 400 calories par jour.

Après avoir défini les habitudes de consommation, près de 150 participants ont été soumis pendant un mois à un régime visant à réduire leur apport calorique quotidien de 25 %, tandis que les autres participants n’ont pas changé leurs habitudes.

Les personnes suivant un régime hypocalorique prenaient trois repas par jour dans le centre d’étude et recevaient des conseils nutritionnels. De l’autre côté, les personnes du groupe témoin continuaient leur régime alimentaire normal et ne recevaient aucun conseil.

Après le premier mois, les chercheurs ont suggéré aux groupes de maintenir ces habitudes alimentaires par eux-mêmes pendant deux ans, tout en se soumettant à des tests de santé réguliers.

Le groupe « restriction calorique » n’a pas suivi parfaitement les directives, seulement 82 % d’entre eux ont pu finir le test. En moyenne, elles ont maintenu une réduction calorique d’environ 12 % au cours des deux années, à la place des 25 % prévus au début de l’étude.

Mais les chercheurs ont découvert que même avec une baisse de 12% (ce qui représente une diminution d’environ 200 à 300 calories par jour), des améliorations  » persistantes et significatives  » ont été observées. Les taux de cholestérol étaient réduits, la tension artérielle améliorée, les marqueurs glycémiques et la santé métabolique générale étaient en meilleur état. Ces facteurs sont tous associés à une diminution du risque de maladies chroniques. Les membres du groupe témoin n’ont pas constaté les mêmes avantages.

Les participants du groupe suivant le régime ont également perdu en moyenne 10 % de leur masse corporelle. Mais les auteurs relèvent que les améliorations observées dans l’étude étaient  » supérieures  » à ce que l’on pouvait attendre d’une perte de poids. Ce qui confirme qu’une restriction calorique, même modeste, présente des avantages certains.

On s’éloigne de plus en plus, du comptage des calories comme unité de mesure pour se concentrer sur la qualité générale de l’alimentation.

Une étude récente, a montré que les plats hautement transformés peuvent affecter l’organisme différemment des repas traditionnels. Bien que le profil nutritionnel soit presque identique, il est difficile d’évaluer un régime alimentaire uniquement en fonction des chiffres. Il y a probablement aussi des avantages pour la santé mentale et le mode de vie associés à ce qu’on appelle  » l’alimentation intuitive « , par opposition au comptage rigide des calories.

Mais en même temps, plusieurs études suggèrent que limiter ses apports caloriques peut être associé à des bienfaits pour la santé au-delà de la perte de poids. Une étude réalisée en 2016, a révélé qu’un tel régime était associé à une amélioration de l’humeur, de l’énergie sexuelle et de la santé générale. Des études chez le singe rhésus ont établi des liens entre la restriction calorique et l’espérance de vie. 

Cependant attention à ne pas tomber dans l’excès. Une restriction calorique extrême est dangereuse, et tout changement diététique important devrait être soumis à un nutritionniste. Néanmoins, pour la plupart des gens, il est relativement facile de réduire de 200 à 300 calories par jour sans un changement radical ou une surveillance obsessionnelle.

Aux États Unis un récent rapport montre que les grignotages représentent près d’un quart des calories consommées par les Américains, et ce chaque jour. Commencer par réduire les grignotages est un bon premier objectif pour limiter ses calories.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *