Excipients

Le stéarate de Magnésium qu’est-ce que c’est ? Dangereux ou pas ?

Le stéarate de magnésium joue un rôle principal dans un certain nombre d’industries, il empêche que les poudres collent aux machines utilisées pour fabriquer des gélules. Cet additif est donc au cœur du processus de production en agissant comme anti-agglomérant et comme une sorte de lubrifiant pour les machines. Vous l’avez compris, il facilite grandement le cycle de production, les gélules ne collent pas aux machines, il est plus facile de les nettoyer et la production augmente.

Mais qu’est-ce que ça donne sur la santé ?

  1. Son origine

Dans l’industrie pharmaceutique, le stéarate de magnésium est habituellement de source bovine, ce qui pose un certain nombre de problèmes pour les collègues végans. Cependant il est progressivement remplacé par des sources végétales. Il est produit à base d’acide stéarique d’origine végétale. En France on peut le lire sur les étiquettes sous l’appellation E572.

  1. Ses effets.

Nous manquons malheureusement de recul sur ce produit et le nombre d’études réalisées est très limité. Mais que nous disent celles qui existent ?

D’après une étude du National Food Institute, le stéarate de magnésium est généralement considéré sans danger pour la consommation humaine à des niveaux inférieurs à 2500 mg/kg par jour. Très bien, il est à noter que le titre de l’étude est « Magnesium stearate given peroprally to rats. A short-term study ». OK alors :

  • « On Rats » Qu’en est-il des Humains ?
  •  « A short-term study » Qu’en est-il du « long term » ?

Une autre étude Shin Nippon Biomedical Laboratories nous livre un constat intéressant.

Cette étude conclut qu’il n’y a pas de risque génotoxique posé par le stéarate de magnésium consommé à ce qui est supposé un niveau d’exposition normal. Toutefois, les effets sur la santé d’une exposition régulière au stéarate de magnésium provenant de sources multiples en tant qu’additif peuvent être préoccupants et justifier une évaluation plus poussée.

Donc pas de soucis, mais étant donné que cet additif commence à devenir aussi présent dans les compléments alimentaires que dans l’alimentation de tous les jours, c’est peut-être préoccupant et une « évaluation plus poussée » ne serait pas de trop …

On commence à voir la direction que nous prenons en consommant toujours plus d’additifs aux effets inconnus.  Je reviendrai dans une seconde partie vers les autres effets néfastes qui sont attribués au stéarate de magnésium.

Pour conclure, je redirigerai sur l’excellent article de Nassim Nicholas Taleb sur le principe de précaution appliqué aux OGM, et je vous invite à aborder cette question sous cet angle, l’espace d’un instant.

« Le principe de précaution stipule que si une action ou une politique présente un risque présumé de causer un dommage grave au domaine public (affectant la santé générale ou l’environnement au niveau mondial), l’action ne devrait pas être prise en l’absence de quasi-certitude scientifique quant à sa sécurité. Dans ces conditions, la charge de la preuve de l’absence de préjudice incombe à ceux qui proposent une action et non à ceux qui s’y opposent. Le principe de précaution est destiné à faire face à l’incertitude et au risque dans les cas où l’absence de preuves et le caractère incomplet des connaissances scientifiques ont des implications profondes et en présence de risques de « cygnes noirs », d’événements imprévus et imprévisibles de conséquences extrêmes. »

À bientôt,

Juan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *