Excipients

Le Dioxyde de Titane dangereux ou pas ?

Nous avons évoqué précédemment le rôle du stéarate de magnésium et le manque d’information actuel pour dresser un constat définitif sur la dangerosité avérée de cet additif. Cette fois-ci nous allons vous en présenter un qu’il faut absolument éviter : le dioxyde de titane.

Qu’est que c’est ?

Le Dioxyde de Titane est un minéral utilisé comme additif, l’industrie lui a trouvé un certain nombre d’applications parmi les qu’elles : additif alimentaire, cosmétique, pigments. Il est aussi apprécié pour ses propriétés d’absorption des rayons ultraviolets et pour ses propriétés blanchissantes.

Concrètement, où le trouve-t-on ?

Voici une liste de plus de 400 produits en contenant entre autres : dentifrices, chewing-gum, donuts, bonbons, mais aussi assaisonnement pour couscous, chocolats, épices à guacamole. Bref, on en trouve partout … On peut le trouver sur les étiquettes sous l’appellation E171.

Des risques sur la santé ?

Dès 2006, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le TiO2 (Dioxyde de Titane) en tant que « cancérigène possible pour l’homme » lorsqu’il est inhalé. Si à cette époque le danger était surtout présent pour les employés d’usine directement en contact avec cette substance, la donne a changé, il est aujourd’hui présent dans une grande partie de notre alimentation.

Le principal problème avec cet additif, c’est lorsqu’on le trouve sous sa forme nanoparticulaire (une nanoparticule est un élément dont le diamètre est inférieur à 100 nm). Sous cette forme, les particules sont si fines qu’elles peuvent traverser les barrières physiologiques de notre corps. C’est-à-dire qu’une particule peut passer dans notre sang puis d’un organe à un autre, rien de très rassurant.

Cette étude de Scientific Report a testé sur des rats les effets liés à l’ingestion du Dioxyde de titane. Elle rapporte qu’en plus d’avoir un effet néfaste sur le système immunitaire, une ingestion répétée favorise la croissance de cellule précancéreuse du colon. Tout en concluant « Ces données devraient être prises en compte pour l’évaluation des risques liés au cancer colorectal chez les humains exposés au TiO2 d’origine alimentaire. ».

Pour résumer, le dioxyde de titane sous sa voie normale n’est pas forcément en cause. Cependant sous sa forme nanoparticulaire il se révèle être un poison particulièrement dangereux, et malheureusement aucune mention sur les étiquettes ne nous permet de savoir sous quelle forme cet additif est présent.

Nous verrons dans une seconde partie les éléments à charge trouvés contre le E171 par un certain nombre d’études.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *